Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 15:55
Pot-pourri d'avril

Je suis allée au Festival Series Mania au Forum des Images, qui permet de découvrir de nouvelles séries, de revoir des séries cultes et surtout d'en parler avec les réalisateurs et scénaristes. J'ai ainsi pu assister à une rencontre avec Matthew Weiner, le scénariste de Mad Men qui a analysé un épisode de la série et découvrir la série The Affair, commentée par son réalisateur, Hagai Levi. L'originalité de cette série réside dans l'alternance de deux points de vue mettant en relief la subjectivité des souvenirs.

J'ai regardé la mini série Olive Kitteridge du coup le roman dont elle est tirée m'intrigue... Mais la vraie découverte pour moi c'est l'acteur Peter Mullan. Je suppose que tout le monde le connaît mais j'étais sous le choc tant il dégage quelque chose de fort, profond et magnétique.

Toujours dans les mini séries, j'ai été conquise par "The slap", l'adaptation du roman éponyme de Christos Tsiolkas. Chaque épisode (8 au total) se base sur un personnage et la façon dont l'événement central a priori insignifiant (la gifle donnée à un gamin insupportable au cours d'un barbecue) l'affecte. Psychologique à souhait et passionnant !

J'ai même été d'avantage conquise par la série que par le roman grâce à ce découpage qui lui insuffle plus de dynamisme.

J'ai enfin fini "Academy Street" de Mary Costello. Et j'ai bien fait de m'accrocher. Dès que Tess arrive à New York, cela devient plus vivant même si c'est un personnage fondamentalement passif. Apeurée. Victime. Mais touchante. J'ai pensé à "Une vie" de Maupassant ou "Un coeur simple" de Flaubert en le lisant, version irlando-new yorkaise.

J'ai également fini par terminer "Un membre permanent de la famille" de Russel Banks, un recueil de nouvelles. J'ai bien aimé mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose... Pourtant, les personnages sont marquants et les situations ne le sont pas moins. Mais c'est comme s'il manquait un maillon pour que l'identification puisse jouer, pour moi en tout cas. J'en conserve tout de même cette image absurde dans un style Norman Rockwell d'une femme mûre noire sur le toit d'une voiture menacée par un chien de garde.

Au cinéma, j'ai enchaîné les déceptions...

Je suis allée voir l'oscarisé Birdman. Un film à vous dégoûter de la batterie. Je l'ai trouvé prétentieux, creux et vain, filmé en un plan séquence qui donne la nausée. Difficile de s'attacher au héros interprété par Michael Keaton. Quant à la love story de second plan, elle est tout simplement abandonnée en plein milieu du film, comme si le scénariste n'avait pas su où la mener...

Le résultat est étrange et déconcertant... la trace qu'il m'en reste : une caméra qui tournoie, une batterie lancinante et un homme névrosé en colère.

Mais finalement, ce qui me dérange, ce sont peut-être surtout les critiques dithyrambiques qui m'avaient donné d'autres attentes.

Autre déception : Big Eyes. J'adore l'univers de Tim Burton sauf que... on ne le retrouve absolument pas dans ce film. Pourtant, l'histoire, inspirée d'une histoire vraie - celle de la peintre Margaret Keane - est intéressante mais je l'ai trouvée mal racontée. Christoph Waltz surjoue de façon exaspérante, Amy Adams s'en sort comme elle peut mais il n'y a pas grand chose à sauver. La scène du procès m'est apparue comme une mise en abyme du film : les jurés s'y ennuient de la même manière que nous, spectateurs... En fait, le moment que j'ai préféré c'est à la fin du film, lorsque l'on voit des images de la vraie Margaret Keane aux côtés d'Amy Adams.

Enfin, je suis allée voir "Journal d'une femme de chambre" sans attente particulière et... j'ai passé un bon moment ! J'ai trouvé ça bien joué, j'ai aimé la façon dont l'atmosphère y est retranscrite. Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais un agréable moment de cinéma et finalement ce n'est déjà pas si mal !

Niveau expo, je suis allée voir Bonnard à Orsay : lumineux et magnifique !

Et dans un registre totalement opposé, "Fatum" de Jérôme Zonder à la Maison Rouge, très dérangeant.

Ce parcours labyrinthique nous immerge dans l'univers de l'artiste qui a couvert jusqu'au sol et aux murs de ses dessins torturés. On a réellement l'impression de pénétrer dans son monde le plus intime, il semble d'ailleurs nous y inviter avec un dessin d'homme s'ouvrant le crâne. Mais c'est une plongée dans une sorte d'enfer en noir et blanc où les enfants sont sadiques, où la folie et la violence nous guettent à chaque coin de parcours. Pour finir, on traverse une pièce complètement noire avant de trouver, enfin, un peu de lumière. Mais après tant de noirceur, on se dit qu'il s'agit d'un paradis illusoire.

J'ai trouvé cette exposition oppressante. Je l'ai parcourue quasiment au pas de course, angoissée par ce qui m'attendait ! Pour tout vous dire, un gardien a même dû m'éclairer le chemin au moment de la pièce noire tellement j'étais sur les nerfs...

Un art brut sans concession déconseillé aux enfants et personnes sensibles.

Dans le genre art un peu dérangé et vaguement troublant, Thomas Lerooy est exposé au Petit Palais. Ah ce jardin... Des canetons viennent d'y naître !

Enfin, une découverte qui n'a rien à voir : le Pavillon des Canaux, un lieu original vraiment chouette pour boire un verre dans une ambiance détendue agréable. Ces derniers temps, je trouve les serveurs parisiens souriants et serviables... Que se passe-t-il ?!

Teasing...

Ce mois-ci, je compte aller voir au cinéma "Broadway Therapy" et "Le dos rouge", l'exposition "Le bord des mondes" au Palais de Tokyo et "Les clés d'une passion" à la Fondation Vuitton (voir "Le cri" en vrai, enfin !) et peut-être l'expo Aardman au Musée de l'Art Ludique. Je ferais bien une excursion à Giverny où je n'ai jamais mis les pieds... il faut y remédier !

Côté bouquins, je suis curieuse de lire le best-seller de Paula Hawkins, "A girl on a train" et "Quatre murs" de Kéthévane Davrichewy dont j'avais bien aimé "Les séparés".

Et niveau séries, je compte me plonger dans "The hour" et "En analyse".

Partager cet article

Published by Yosha
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 11:44
Que faire à Paris avec des enfants quand il pleut ?

Un sujet d'actualité !

Cet hiver, j'ai paniqué en pensant aux innombrables journées froides / grises / pluvieuses (ne rayez aucune mention) où il me faudrait occuper un petit bonhomme pétillant (dixit sa maîtresse) de quatre ans.

Je l'ai donc traîné de salle obscure en musée, de concert en expo, jusqu'à ce que je réalise (enfin !) qu'il ne voyait pas bien l'intérêt de traverser tout Paris pour voir un festival de courts-métrages restaurés et qu'il préférait parfois rester jouer tranquillement à la maison... Le mieux cet ennemi du bien !

On a donc ralenti le rythme, surtout avec les beaux jours. Ha ha !

Bref, pour ceux qui souhaiteraient quelques idées plus ou moins originales pour éveiller les enfants à l'art, aux sciences, etc., voici ma sélection !

On commence avec mon coup de coeur de cet hiver : l'atelier contes à la Maison Rouge, une façon originale de découvrir les oeuvres. L'expo du moment "Fatum" de Jérôme Zonder dérangeante voire angoissante ne s'y prête pas (j'y reviendrai) mais elle se termine le 10 mai.

Sinon, on est allés à la Gaieté Lyrique voir l'expo "Capitaine Futur et le voyage extraordinaire" qui ne m'a pas vraiment emballée, j'ai trouvé ça très creux, mais le côté ludique a plu à mon fils... On y a aussi assisté à un concert pour les enfants donné par "The fantasy orchestra", chacun pouvait apporter son instrument, les morceaux joués par le groupe alternaient avec des moments d'improvisation guidée, c'était sympathique !

Je n'ai encore jamais mis les pieds au Palais de Tokyo mais on m'a dit le plus grand bien de l'expo "Le bord des mondes" autour de laquelle de nombreux ateliers sont proposés pour les enfants.

Terminons cette section art contemporain avec l'incontournable Beaubourg ! Même sans visiter la collection permanente ou les expos temporaires, le bâtiment et la vue qu'il offre valent le détour, ainsi que la fameuse fontaine Stravinsky à deux pas.

Deux déceptions :

- le Musée en Herbe

- les ateliers des Arts Décoratifs

On a testé celui de "Noël". Oui "on" a testé car les accompagnateurs sont payants... Je me serais bien passée de réaliser mon bouc en rafia. C'était un peu long, pas très intéressant ni vraiment bien conçu pédagogiquement.

L'idée sympathique de base était de confectionner une décoration de Noël à la manière suédoise sauf que :

1. C'était impossible à réaliser pour des enfants de cet âge donc j'ai dû confectionner deux boucs en rafia

2. Voilà le résultat...

Que faire à Paris avec des enfants quand il pleut ?

Le Musée Cernuschi à la lisière du parc Monceau permet un repli stratégique en cas de pluie pour admirer d'impressionnants bouddhas et dragons.

Le magnifique Musée Guimet propose quant à lui des ateliers originaux : marionnettes, visites-contes...

Le Louvre propose également des ateliers famille... ce sera peut-être pour l'hiver prochain !

Sans oublier le Musée du Quai Branly... mais j'en oublie forcément.

Passons maintenant aux activités pour scientifiques en herbe.

Deux classiques : la Cité des Enfants à la Villette et le Palais de la Découverte

Je préfère le second en raison de son cadre, de sa diversité (salle des planètes, espace consacré aux animaux...) et surtout car mon fils passionné des animaux y trouve son compte entre l'école du poulpe, celle du rat, l'exposé sur les fourmis, etc. Mais pour les plus petits, la Cité des Enfants reste plus ludique.

Le Jardin des Plantes avec la Galerie de Paléontologie, la Grande Galerie de l'Evolution, les Grandes Serres, la Ménagerie... et la halte incontournable au salon de thé de la Mosquée de Paris à deux pas !

Place au 7ème art maintenant !

- le classique Festival Tout-Petits Cinéma aux vacances de Toussaint et de février

- la Cinémathèque propose des projections spéciales pour les enfants et surtout des ateliers bien conçus pédagogiquement, ludiques, rythmés, instructifs et pas hors de prix. Ils sont d'ailleurs prix d'assaut...

- le Grand Rex avec sa fameuse et kitschissime "féérie des eaux" (drôle comme le souvenir émerveillé qu'on en garde diffère de la réalité...) et le parcours interactif "les étoiles du Rex" (non encore testé mais ça va venir !)

- pour les plus grands, la Cité du Cinéma à Saint-Denis (que l'on peut d'ailleurs visiter) propose des expos. En ce moment, c'est Harry Potter... que je vous déconseille très fortement ! J'ai trouvé ça vraiment décevant : quelques costumes et objets sous vitrine, une exposition finalement assez réduite qui a un but clairement affiché : rapporter de l'argent ! Et entre le prix de l'entrée et ceux pratiqués en boutique (compter plus de 60 euros pour un pendentif en toc), le but est atteint.

Terminons en musique !

J'ai découvert cet hiver "Les marmots à Gaveau", des spectacles de qualité pour les petits dans une vraie salle de concert. Il est possible de réserver un atelier de pratique musicale qui suit le spectacle. Il reste une date, le 31 mai.

La Philarmonie qui a remplacé la Cité de la Musique propose également de nombreux ateliers de pratique musicale ou découverte des instruments.

Le théâtre du Châtelet enfin donne des concerts-ateliers dans le cadre des "ConcertTôt" Concert-Tea". Chaque année je me réveille trop tard pour prendre des places pour les choeurs d'enfants Sotto Voce et leur exubérant chef de choeur Scott Alan Prouty... peut-être l'année prochaine ! Mais on va voir "Tambours des Caraïbes" le 31 mai.

Quelques idées un peu plus atypiques pour finir :

- l'étonnant Musée des Arts Forains désormais ouvert toute l'année (visite guidée sur réservation)

- Visiter le Paris sous-terrain : égouts et catacombes

- le réseau ferré miniature de l'Association des Amis du Chemin de Fer, un espace de 400m2 dissimulé sous les voies 4 et 5 de la Gare de l'Est (on ne se croirait pas dans Harry Potter ?)

Descendre la rampe d'Alsace dans le parking, porte 9, ouvert tous les samedi de 14h30 à 19h, plus d'infos au 01 40 38 20 92.

Si vous avez des commentaires, idées, n'hésitez pas ! Là je prépare un billet printanier sur les jardins cachés de Paris !

Partager cet article

Published by Yosha
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 12:25

Tao

J'ai écrit ce texte à partir d'un air que je n'ai pas réussi à retrouver. J'ai cherché un morceau évoquant pour moi quelque chose de beau, doux, triste et apaisant à la fois, comme on souhaiterait que la mort soit. Et les images du film "Le maître de musique" ne sont sans doute pas non plus étrangères à mon choix.

 


 
Dériver

Dans un entrelacs de routes d'eau

Jonque vide éternelle

Enveloppée par la brume tiède

Le silence déchiré

Par des cris d'oiseaux

Et ce gong étrange

Qui résonne au loin

Définitif et apaisant 

 

 

 

Partager cet article

1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 12:56

"La danse du diable" a été créée en 1981 par Philippe Caubère, il la reprend actuellement, notamment au Théâtre de l'Ouest Parisien, avec une énergie de jeune homme.

Selon ses propres mots, il s'agit d'"un spectacle joué par un seul acteur qui en est l'auteur ; mais ce n'est pas un "one man show", ni une série de sketches ; c'est une histoire ; comique parce que j'espérais qu'elle fasse rire, fantastique parce que je voudrais qu'elle fasse un peu rêver..."

Tout est dit. Ou presque. Un seul acteur, oui mais... Philippe Caubère convie pour cette histoire comique et fantastique des fantômes du passé : proches et illustres personnages prennent vie sous nos yeux alors que l'acteur semble se démultiplier.

Philippe Caubère narre ainsi l'histoire de son double, le jeune Ferdinand Faure, son enfance marseillaise - ah la soirée dans sa chambre avec De Gaulle, Mauriac, Sartre, Johnny... - ses débuts sur les planches, il égratigne au passage le théâtre surjoué et les techniques improbables (mimer qu'on mord dans un citron pour ressentir l'amertume du personnage...). Et surtout, il incarne sa mère, personnage central.

"Ca fait deux heures que vous voyez des personnes qui n'existent pas, vous pouvez bien faire un petit effort pour faire l'inverse." demande la mère aux spectateurs alors qu'elle s'efforce de quitter la répétition de la pièce de son fils. Elle est fatiguée, ne se sent pas très bien et on comprend que sa sortie de scène sera la dernière.

Cette mise en abyme colle au fond : le théâtre n'est qu'une illusion mais une illusion si puissante qu'elle peut ressusciter les morts.

Et la fin... la lettre de sa mère lue en voix off sur "Le mystère des voix bulgares" m'a retournée. Elle dit tout l'amour mère-fils, sa force qui permet de continuer à communiquer par-delà la vie, dans les rêves. "La danse du diable" en est un.

 

Merci Myriam pour la découverte ! :-)

Partager cet article

Published by Yosha
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:13

 


 

Naître exister mourir

Naître vivre mourir

Je ne comprends pas

Le sens à tout cela

Naître vivre mourir

Vivre mourir naître

Naître vivre...

Et rêver peut-être

Les années défilent

Dans une course de nuages fous

Je ne comprends pas

Le sens de tout cela

Naître aimer mourir

Naître rêver mourir

Naître vivre - et rire

Partager cet article

11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 06:20
Environ une fois par mois, un atelier contes est proposé à la Maison Rouge le mercredi après-midi. Chacun se munit d'un petit coussin et c'est parti pour une ballade originale à travers l'exposition ! La conteuse raconte des histoires à partir de quelques oeuvres choisies. C'est bien pensé, la conteuse du jour était envoûtante - la qualité d'écoute et d'attention des enfants ne trompe pas - et la séance est suivie d'un goûter proposé par Rose Bakery. Puis les enfants peuvent visiter l'exposition à leur rythme et dessiner. Un après-midi agréable garanti quand il fait froid et gris ! Réservez-vite, les places sont chères ! Au sens figuré... au sens propre, il vous en coûtera 12 euros, ça reste plutôt raisonnable. Prochaine séance le 14 janvier 2015 !

Partager cet article

10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 17:04
Cette BD de plus de 200 pages est à lire. Absolument. Parce qu'on sent que l'auteur, Fabien Toulmé, s'y est investi entièrement. Que son histoire ne peut que bouleverser. Et changer, peut-être, au passage, notre regard sur la "norme". Celle qu'il n'attendait pas, c'est sa fille. Il l'avait imaginée différente, semblable à sa fille aînée. Et il n'accepte pas sa trisomie. Il ne parvient pas à l'aimer, à créer de lien avec elle et sa culpabilité rend la situation d'autant plus douloureuse. Mais il finit par réaliser que même si ce n'est pas celle qu'il attendait, il est content qu'elle soit là. "Ce n'est pas toi que j'attendais" retrace le chemin d'un amour parental à construire et donne au passage une belle leçon de tolérance.

Partager cet article

Published by Yosha - dans BD
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 20:07
Vous cherchez un spectacle divertissant qui réjouira enfants et adultes ? Slava's SnowShow pourrait bien faire l'affaire ! Il s'agit d'un spectacle mis en scène par le clown russe Slava et interprété avec ses acolytes clowns aux étranges chapeaux oreilles... On navigue entre le rire et la poésie, au gré de tableaux magnifiques. La frontière entre la scène et le public est abolie : on se fait asperger, marcher dessus, recouvrir par d'immenses toiles d'araignée... Et avec le final que je ne dévoilerai pas on est encore dans la surenchère ! Un spectacle qui ne lésine pas sur les fumigènes ni les jets de toutes sortes donc, pour la plus grande joie des petits... et des grands qui redeviennent l'espace d'un soir de grands enfants ! Jusqu'au 4 janvier 2015 au Trianon

Partager cet article

5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 20:22
En cette période hivernale, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans le premier volet de la trilogie des Neshov d'Anne B. Ragde, "La terre des mensonges". Et je prédis que vous risquez de dévorer aussitôt les deux autres sur votre lancée... On plonge dans une saga familiale au coeur de la ferme familiale des Neshov en Norvège au moment de Noël, alors que la matriarche, Anna Neshov, vieille femme au caractère si bien trempé que son fils aîné la croyait éternelle, est pourtant en train de mourir. A cette occasion, ses trois fils que presque tout oppose, se retrouvent, ainsi qu'une nièce tenue à distance jusque-là. Peu à peu, les secrets de famille bien étouffés ressurgissent, amenant chacun à considérer son existence d'un jour nouveau, à quitter le confort de sa vie routinière et paisible. Cette trilogie est remarquable car elle dépeint des univers totalement opposés - le vieux garçon éleveur de porcs, son frère homo menant une vie de luxe à Copenhague - d'une manière crédible. Bon peut-être un brin cliché mais ça sonne juste ! On comprend l'attachement de Tor à ses porcs, à cette existence simple, se contenter de petits riens et l'ébranlement que signifie pour lui la mort de sa mère et les secrets de famille éventrés. Le personnage de Margido, ordonnateur de pompes funèbres, reste plus énigmatique mais il se dévoile peu à peu au cours des trois tomes. La joie de vivre et l'égoïsme d'Erlend, le cadet, le rendent à la fois attachant et exaspérant ! Quant à la nièce, Torunn, elle est tiraillée entre le devoir familial et sa vie d'assistante vétérinaire à Oslo. Et enfin, le "vieux" est celui dont la vie gâchée a le plus serré mon petit coeur... Une phrase de Margido résume finalement la réflexion que ce livre ne peut manquer de susciter sur nos choix de vie, notre raison d'être : "Peut-être cette jeune fille avait-elle de la chance, malgré tout, d'avoir échappé à une longue existence pleine de choix dont on ne comprenait pas l'erreur catastrophique avant qu'il soit trop tard."

Partager cet article

Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 19:43
生长 Genesis (les idéogrammes chinois signifient Naissance et Croissance) est une création du chorégraphe flamand commandée par Yabin Wang, connue notamment pour son rôle dans le film "Le Secret des poignards volants". Les influences sont multiples tant dans la danse que la musique (des musiciens interprètent sur scène des musiques tibétaines, indiennes, congolaises...) formant un métissage très puissant. La mise en scène minimaliste jouant sur le clair-obscur (le yin et le yang...) donne de la force à la chorégraphie tournoyante de Cherkaoui. La maîtrise technique des interprètes est parfaite mais on n'est jamais dans la simple prouesse physique, ils habitent leur danse. Concernant le message derrière cette création, à chacun d'y voir ce que bon lui semble et de suivre son propre cheminement... Jusqu'au 5 décembre à la Grande Halle de la Villette

Partager cet article

Published by Yosha
commenter cet article