Samedi 11 octobre 2014 6 11 /10 /Oct /2014 11:40

Parfois une rencontre se fait de manière inattendue mais parfois, il faut que tous les signaux clignotent lourdement pour qu'elle ait lieu. Je suis passée à côté des critiques élogieuses de "L'homme de la montagne" de Joyce Maynard lors de la rentrée littéraire. Je suis passée à côté de l'intervention de l'écrivain dans une librairie où elle était pourtant traduite par une amie. Et je me suis enfin réveillée en voyant ma mère lire "Long week-end" ! Je lui ai emprunté, je l'ai lu d'une traite. Puis j'ai dévoré "L'homme de la montagne" et attaqué "Et devant moi, le monde", une autobiographie fascinante, qui traite en grande partie de la liaison que Joyce Maynard eut à l'âge de dix-neuf ans avec Jerry Salinger, alors dans la cinquantaine.

J'aime la connexion que l'auteur conserve avec son enfance et son adolescence. Et la liberté qui se dégage de ses romans. Voici un extrait de "L'homme de la montagne qui m'a particulièrement touchée :

"Il m'arriva alors quelque chose d'étrange : une soudaine flambée d'amour pour celle à qui je ne pensais pas souvent - ma propre mère, qu'on pouvait taxer de négligence, mais qui ne me disait jamais comment m'habiller, ne m'emmenait jamais chez le pédicure avec elle, ni n'essayait de me faire embaucher chez les pom-pom girls. En ce moment, elle devait se trouver à la bibliothèque, cherchant de nouveaux livres d'obscurs gourous indiens ou un recueil de poèmes de Sylvia Plath. Peu importait d'ailleurs. J'ai compris ce jour-là qu'en nous laissant libres de nos choix, ma soeur et moi, elle nous avait fait un grand cadeau. Patty et moi n'appartenions à personne qu'à nous-mêmes."

Il y a du Carson Mc Cullers chez Joyce Maynard dans les thèmes traités : l'enfance, l'adolescence, la famille, la solitude... mais aussi dans la finesse de ses observations sur l'âme humaine, dans ces petits détails qui n'ont l'air de rien qui font tout comme la préparation d'une tarte aux pêches.

Ce que j'aime lorsque je découvre un nouvel univers, c'est le côté "poupées russes". Bien sûr, maintenant, il faut que je lise "Baby Love", le premier roman de Joyce Maynard inspiré de son histoire d'amour avec Salinger. Mais surtout "L'attrape-coeur" de Salinger et aussi "Le lapin en peluche" de Margery Williams dont un extrait figure en exergue de "Et devant moi, le monde" :

"Vrai, on ne l'est pas au départ, dit le Cheval de Cuir. C'est quelque chose qui vous arrive. Quand un enfant t'aime très longtemps, qu'il ne se contente pas de jouer avec toi mais qu'il t'aime vraiment, alors tu deviens Vrai.

- Est-ce que ça fait mal ? demanda le Lapin.

- Parfois, répondit le Cheval de Cuir, car il était toujours franc. Quand on est vrai, on se moque de souffrir.

- Est-ce que ça arrive d'une seul coup, comme si on te remontait, ou bien petit à petit ?

- Ca n'arrive pas d'un seul coup, dit le Cheval de Cuir. On le devient peu à peu. Ca prend du temps. C'est pourquoi ça n'arrive pas souvent à ceux qui cassent facilement, qui ont des bords anguleux ou qu'il faut protéger avec soin. En général, le temps que tu deviennes vrai, la plupart de tes poils ont été arrachés à force d'amour, tu as les yeux qui tombent, tes articulations sont branlantes et en piteux état. Mais ces choses-là n'ont pas d'importance, parce que, une fois que tu es vrai, tu ne peux pas être laid, sauf pour ceux qui ne comprennent pas."

Par Yosha - Publié dans : Bouquins
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 21 août 2014 4 21 /08 /Août /2014 10:47

C'est grâce à Mika, mon prof de yoga, que j'ai découvert cet instrument à la sonorité particulière envoûtante, le hang. On en voit de plus en plus à chaque coin de rue et même s'il dispose d'un registre limité, il continue à me fasciner. Mika De Brito vient de sortir un album avec trois copains yogis, "HANG'ji", planant à souhait ! Disponible exclusivement chez Nature & Découvertes.

 

Comme dit si bien Mika, je vous laisse "écouter le son et surfer sur les étoiles" !

 


Par Yosha - Publié dans : Zik
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 20 août 2014 3 20 /08 /Août /2014 10:00

rouge-tagada.jpg

 

"Rouge tagada" est un roman graphique à destination des ados... mais très agréable à savourer avec le recul et la maturité de l'âge adulte ! ;-)

Il m'a fait replonger dans cette période sucrée amère. Le trait, l'histoire, le texte sont simples mais tout sonne juste, sans mièvrerie. Je me suis retrouvée propulsée à cet âge où l'on pouvait passer des aprèms à s'enfiler des paquets de sucreries acides, où l'on se jetait à coeur perdu dans des amitiés fusionnelles exclusives, où l'on noircissait les pages d'un journal intime dans lequel tout prenait une importance démesurée... où l'on était tellement entier et vulnérable.

 

Merci Bergamotte pour la découverte ! :-)

 

Par Yosha - Publié dans : BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 août 2014 7 17 /08 /Août /2014 10:52

Pour "Boyhood", Richard Linklater a filmé les mêmes acteurs sur douze années afin d'en tirer une saga familiale sur le temps qui passe. Il parvient très bien à retranscrire une atmosphère, que ce soit la sortie événement d'un livre d'Harry Potter ou une soirée à faire griller des chamallows autour du feu mais ce ne sont que des moments juxtaposés qui peinent à rendre les personnages captivants ou même attachants. Le personnage de Mason, le petit garçon filmé de ses 6 à ses 18 ans, reste désespérément plat. Il traîne sa longue silhouette et ses discours ennuyeux d'ado torturé... et le temps finit par paraître long ! Ethan Hawke en père à côté de la plaque survolté en fait des tonnes peut-être pour compenser... Patricia Arquette en mère au bout du rouleau est agaçante, j'avais envie de lui dire comme ma mère m'a seriné tout le long de mon adolescence : "Mais parle plus fort ! Ar-ti-cu-le !" Quant à la soeur de Mason, son personnage de peste au début du film, prometteur, s'englue dans la fadeur familiale. Elle traverse son adolescence avec un perpétuel sourire énigmatique qui masque mal les failles du scénario...

Les seuls moments forts du film sont les tensions qui se créent lorsque Olivia, la mère de Mason, se remarie avec des hommes alcooliques et violents - bonjour l'image des familles recomposées...

Dans le même genre, j'avais de loin préféré "Le premier jour du reste de ta vie". Certes les acteurs changeaient au fil du temps... mais cela fait partie des artifices du cinéma !

Par Yosha - Publié dans : Ciné
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 5 août 2014 2 05 /08 /Août /2014 16:39

autoportrait.jpgcrédit photo : Vivian Meier / John Maloof Collection

 

Attention... spoilers !! Ce n'est pas vraiment un film à grand suspense mais je dévoile beaucoup d'aspects de ce documentaire passionnant alors je préfère prévenir !

 

"A la recherche de Vivian Meier" est un film troublant. Au-delà de la découverte d'une photographe exceptionnelle méconnue durant sa vie (et pour cause, elle ne faisait développer que très peu de ses photos et ne les montrait presque pas...), c'est un film sur la part d'ombre de chacun et une réflexion sur l'art photographique : les motivations des photographes, ce qui fait qu'un photographe sort de l'ordinaire. L'analyse d'un photographe sur l'oeuvre de Vivian Meier est à cet égard passionnante : il souligne qu'elle parvenait à trouver la bonne distance de ses sujets, à pénétrer leur intimité là où ils se révélaient eux-mêmes. Et c'est vrai qu'il se dégage de ses photographies une émotion et une justesse qui touchent instantanément. Les clichés sont parfois comiques, parfois tragiques, souvent tragi-comiques. Vivien Meier mitraillait, ne quittant jamais l'appareil qu'elle portait autour du cou... ce qui pouvait sembler étrange vu sa profession de nourrice !

John Maloof, le jeune fan à l'origine de la découverte de négatifs de Vivian Meier lors d'une vente aux enchères et par conséquent de ce documentaire a enquêté sur la vie de cette personne décrite comme "secrète", "mystérieuse" ou encore "excentrique" par son entourage. Il découvre ainsi qu'elle collectionnait les objets du quotidien (en particulier les journaux) avec une obsession confinant à la folie. On entend Vivian Meier sur de vieilles cassettes alors qu'elle interrogeait les enfants qu'elle gardait ou bien se parlait à elle-même sur des questions existentielles qui montrent qu'elle tentait de conserver une trace de sa vie à travers cette accumulation et ces milliers de photos prises...

Mais la vie de cette femme secrète et seule ne dévoile pas tous ses mystères. Ainsi les familles qui l'ont employée parlent de la zone d'ombre qui l'habitait. Décrite tantôt comme adorant les enfants et adoré d'eux mais aussi capable de maltraitance et ayant certainement été abusée elle-même plus jeune, sa personnalité affirmée, libre et tourmentée fascine et intrigue. Elle aura fini sa vie seule, marginale, à manger des boîtes de corned-beef froides à même la boîte en trouvant cela délicieux...

Serait-elle heureuse de ce succès posthume ? Et question encore plus délicate : approuverait-elle ce film qui fouille dans les recoins de sa vie, elle qui insistait pour que sa chambre ait un verrou qui la rende impossible d'accès ?

 

A voir : le site de John Maloof

Malheureusement j'ai raté l'exposition qui lui était consacrée qui vient de s'achever... 

Par Yosha - Publié dans : Ciné
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés