Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 10:23

 

Fils de Mongo, Monguito semble bien avoir hérité du talent de son père... De la soul funk latino... tout ce que j'aime !

Vous en voulez encore ? Par ici !

 

Repost 0
Published by Yosha - dans Zik
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 07:06

L'exposition "Rodin, la Chair et le marbre" présente des maquettes et marbres du grand maître (jusqu'au 3 mars 2013).

Petit bémol, les photos sont interdites... Un peu absurde vu qu'elles ne le sont pas pour la collection permanente d'où proviennent pourtant les oeuvres exposées ! Les deux photos ci-dessous viennent donc du site du musée Rodin.

 

le-Baiser.jpg

                                                     Le Baiser

 

Ce qui frappe dans les sculptures de Rodin c'est bien sûr l'impression de vie et de mouvement qu'il arrive à recréer à partir de ce matériau dur et froid mais surtout ses sculptures "non finito" où le socle et la sculpture se mélangent, comme si la forme préexiste dans le marbre et en jaillit...

 

La-Tempete.jpg

                                              La Tempête

 

Le musée Rodin a été créé à l'initiative du sculpteur lui-même en 1916 et abrite ses collections magnifiquement mises en valeur dans l'hôtel Biron et son jardin. D'une richesse incomparable...

 

Le-penseur.JPG

On ne présente plus Le Penseur !

 

Jeux-d-enfants.jpg

Jeux d'enfants, une de mes oeuvres préférées

 

Le-Baiser-Rodin.jpg Le Baiser, encore et toujours...

 

Balzac.jpg

 Balzac, une oeuvre qui avait fait scandale à l'époque... Rodin l'avait exposée près du Baiser pour en tempérer l'effet !

 

Les-trois-ombres.JPG

Les Trois Ombres

Petit jeu... cette oeuvre a une particularité, laquelle ??!

Indice n°1 : Rodin était un peu fainéant !

Indice n°2 : le titre...

 

Le-Sommeil.jpg

 

Mains.JPG

 

jardin-musee-rodin.JPG

 

Les portes de l'enfer

Les Portes de l'Enfer, où l'on retrouve entre autres Les Trois Ombres et Le Penseur

Repost 0
Published by Yosha - dans Expos
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 09:47

Benda Bilili

 

Benda Bilili ça a d'abord été un film coup de coeur, documentaire musical et humain dans la lignée de Buena Vista Social Club.

Un conte de fées moderne, des hommes qui vivent dans le dénuement le plus total, ont un handicap et pourtant gardent toute leur joie de vivre car ils ont l'essentiel : la vie.. et la musique ! Repérés, ils finissent par entamer une carrière internationale...

Une leçon de vie magistrale !

Benda Bilili signifie "regarde au-delà des apparences", littéralement "mets en valeur ce qui est dans l'ombre".

Un peu déçue par leur premier album "Très très fort" mais le second, "Bouger le Monde" (sortie prévue en septembre) semble très prometteur.

Pour écouter un extrait de ce nouvel album, "Osali Mabe", c'est ici !

 

En concert le 7 octobre à Châtenay-Malabry (entre autres)

 

 

Repost 0
Published by Yosha - dans Zik
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 06:36

 

Un peu de reggae... pour changer !  

Repost 0
Published by Yosha - dans Zik
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 06:27

L-ame-du-monde.jpg

 

"Quand, voyant un inconnu, nous reconnaissons en lui un frère, alors le jour se lève et la nuit prend fin".

 

"L'âme du monde" de Frédéric Lenoir est un peu un condensé de son précédent livre, "Petit traité de vie intérieure". Il prêche une convaincue mais relire les vérités essentielles de cette philosophie humaniste à laquelle j'adhère à 100% me fait toujours du bien.

L'intrigue est un prétexte pour exposer ses idées mais le décor de ce temple bouddhiste au Tibet où se trouvent réunis "sept sages" d'horizons variés est plutôt agréable et la catastrophe annoncée est malheureusement plus que jamais d'actualité. Contrairement à son précédent livre, Frédéric Lenoir ne cite pas de références explicites à de grands auteurs (excepté Gandhi) mais raconte des contes de sagesse populaire.

Mon préféré :

"Voici l'histoire d'un enfant qui demande à son père le secret du bonheur. Alors le père dit à son fils de le suivre ; ils sortent de la maison, le père sur leur vieil âne, le fils à pied. Et les gens du village de s'indigner : "Quel mauvais père qui oblige ainsi son fils à aller à pied !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison."

Le lendemain, le père installe son fils sur l'âne tandis que lui marche à côté. Les gens du village lancent alors : "Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !

- Tu as entendu, mon fils ? Rentrons à la maison."

Le jour suivant, ils montent tous les deux sur l'âne. Les villageois de dire : "Ils n'ont donc aucun coeur pour surcharger ainsi cette pauvre bête !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison."

Le jour suivant, ils partent en portant eux-mêmes leur affaires, l'âne marchant derrière eux.

Les gens du village commentent de plus belle : "Voilà qu'ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C'est le monde à l'envers !

- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison."

Arrivés à la maison, le père dit à son fils : "Tu me demandais le secret du bonheur ? Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu'un pour y trouver à redire. Fais ce que tu aimes ou ce que tu penses juste de faire et tu seras heureux !"

J'en reviens à la citation de Gandhi : "Soyez le changement que vous voulez dans le monde", la même idée est énoncée dans ma chanson préférée, "Man in the Mirror", de Michael Jackson... Coïncidence ou signe du destin ?!

Frédéric Lenoir consacre un chapitre à l'Amour, bien plus large que la passion amoureuse ou bien même l'amour pour nos proches. J'avais évoqué ici sa vision de la passion amoureuse qui est, selon moi, très juste. La passion est illusoire, elle repose sur une idéalisation de l'autre et un désir sexuel mais avec le temps l'un et l'autre s'estompent et c'est alors que peut naître l'amour véritable où l'on aime l'autre pour ce qu'il est et non pour ce que l'on souhaiterait qu'il soit.

Bref, une lecture apaisante et ressourçante qui aide à se remettre sur les rails quand on s'était un peu égaré dans notre société de consommation sans âme.

 

Repost 0
Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 22:07

Un-ete-sans-les-hommes.jpg

 

J'avais commencé "Un été sans les hommes" de Siri Hustvedt l'été dernier et l'avais abandonné au bout de quelques pages... trop déprimant...

J'ai persévéré cette fois-ci et je n'ai pas regretté : il contient notamment un féminisme subtil et une poésie distillée via le personnage de Mia qui m'ont bien plu !

Trois générations de femmes s'enchevêtrent autour du personnage central de Mia. La cinquantaine, elle vient d'être quittée par son mari pour une collègue plus jeune. Après un court séjour en hôpital psychiatrique, elle se réfugie dans le Minnesota auprès de sa mère où elle dirige un atelier d'écriture poétique durant l'été auprès de sept adolescentes.

Ce livre qui m'avait semblé déprimant au premier abord est finalement plein d'optimisme : la mère de Mia et ses amies de la maison de retraite sont des personnages hauts en couleur, conscientes de la brièveté de la vie et bien décidées à en profiter. Mention spéciale pour le personnage d'Abigail et ses "amusements secrets" ! A leur contact et à celui des adolescentes, Mia "s'amuse".

Petite digression : l'ouvrage est parsemé de petits dessins à la signification obscure, si vous en avez compris l'intérêt, prévenez-moi !

J'ai trouvé la réflexion contenu dans ce roman sur les rapports hommes femmes très juste. Une citation peu optimiste de "Rasselas" mais qui prête à réfléchir :

"Ainsi procède d'ordinaire le mariage. Un jeune homme et une jeune fille se rencontrent par hasard ou sont réunis par artifice, ils échangent des regards, se renvoient des politesses, rentrent chez eux et rêvent l'un de l'autre. Faute d'objets susceptibles de détourner leur attention ou de diversifier leurs pensées, ils se trouvent mal à l'aise lorsqu'ils sont séparés et en concluent qu'ils seront heureux ensemble. Ils se marient et découvrent ce que seul un aveuglement volontaire leur avait d'abord dissimulé ; ils épuisent leur existence en altercations et accusent la nature de cruauté."

Mais j'en reparlerai car une vision similaire du couple (quoique beaucoup plus optimiste) se trouve dans le dernier bouquin que j'ai lu, "L'âme du monde", de Frédéric Lenoir.

Repost 0
Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 20:24

Extremement-fort-et-incroyablement-pres.jpg

 

Ce deuxième roman de Jonathan Safran Foer (adapté au cinéma par Stephen Daldry) m'a beaucoup touchée.

J'étais un peu gênée par le personnage du gamin surdoué dans les premières pages, j'avais l'impression qu'il s'agissait d'une ficelle de l'auteur pour s'exprimer à travers lui mais il prend de l'épaisseur et devient crédible et émouvant au fil du récit.

Oskar, enfant incroyablement précoce, extrêmement sensible et particulièrement inventif vient de perdre son père dont il était très proche. Persuadé que celui-ci lui a laissé une énigme à résoudre (une clé dans une enveloppe avec le mot "Black" écrit dessus), il part en quête de la solution dans le New York de l'après 11 septembre.

L'histoire d'Oskar ancrée dans cette tragédie se superpose à celle de ses grands-parents victimes eux de la seconde guerre mondiale.

Un roman original qui réussit l'exploit d'être émouvant sans sombrer dans le pathos.

 

Une des inventions d'Oskar :

"Et si l'eau de la douche était traitée avec un produit chimique qui réagirait à une combinaison de choses, les battements du coeur, la température du corps, les ondes du cerveau, de manière à ce que la couleur de la peau change selon les humeurs ? Quand on serait extrêmement excité, la peau deviendrait verte, si on était en colère, on deviendrait rouge, évidemment, d'une humeur de mer de Chine on virerait au marron, et quand on aurait le blues on deviendrait bleu.

Tout le monde saurait comment tout le monde se sent et on pourrait être plus attentionné les uns envers les autres. Parce qu'on ne voudrait jamais dire à une personne dont la peau serait violette qu'on lui en veut d'arriver en retard, exactement comme en rencontrant quelqu'un de rose on aurait envie de lui taper dans le dos en disant, "Félicitations !"

Une autre raison pour laquelle ce serait une bonne invention, c'est toutes les fois où on sait qu'on ressent très fort quelque chose mais qu'on ne sait pas quoi. C'est de la colère ? Ou en fait simplement de la panique ? On est perdu et ça change notre humeur. Ca devient notre humeur et on devient une personne perdue, grise. Mais avec cette eau spéciale, on n'aurait qu'à regarder ses mains orange pour se dire, Je suis heureux ! Pendant tout ce temps-là, j'étais heureux en fait ! Quel soulagement !"

 

Je suis assez curieuse de lire "Faut-il manger les animaux ?", livre polémique où Jonathan Safran Foer défend ses convictions végétariennes.

Repost 0
Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 19:52

Replay.jpg

 

C'est une critique sur un blog qui m'avait donné envie de lire "Replay" de Ken Grimwood. Classé dans les romans fantastiques, il n'en a pourtant que le point de départ (un homme qui vient de mourir se réveille 25 ans plus tôt), le traitement de l'intrigue étant quant à lui complètement réaliste.

Un peu déçue que ce soit par le style ou les rélexions sous-jacentes. Le bilan c'est que de toute façon, quels que soient nos choix de vie, cela n'a aucune importance car nous vivons dans un monde sanguinaire et nous ne sommes que des poussières insignifiantes. La seule leçon à en tirer est qu'il faut suivre ses convictions et ne pas se laisser influencer... Bref, rien de très novateur.

Le voyage (répétitif) des années 60 aux années 80 est assez plaisant mais l'originalité du point de départ n'est finalement que de surface et au service d'une philosophie très pessimiste.

Repost 0
Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 20:02

 

Allez, j'essaie de redresser les quotas de chanson française sur mon blog ;-)

Non, sérieusement, j'aime beaucoup la fraîcheur de cette chanteuse folk.

Repost 0
Published by Yosha - dans Zik
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 05:22

 

J'avais découvert Bajka avec Summer Days de Radio Citizen. Elle a également fait de nombreuses apparitions sur des albums de Bonobo.

Son premier album, Bajka in Wonderland est sorti en 2010.

 

 

Repost 0
Published by Yosha - dans Zik
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤