Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 05:57

"La nuit n'a pas de murs et dans le noir les histoires se dévident toutes seules comme des tapis lancés à toute vitesse et sur lesquels on est obligé de marcher en parlant sans cesse, et qui ne mènent nulle part, hormis au petit matin."

"Partout des gens s'aimaient, se déchiraient, mouraient, se trompaient, et là-bas le fleuve coulait paisiblement dans la nuit."

 

christophe-tison-te-rendre-heureuse-couv-300.jpg

 

Un roman sur l'infidélité... un énième roman sur l'infidélité ! Je l'ai commencé avec un peu d'appréhension, j'avais peur qu'il ne cède à la facilité mais Christophe Tison réussit à transformer ces treize jours d'un homme infidèle en une quête plus profonde qu'il n'y paraît.

Le roman débute par une banale histoire d'infidélité... Le narrateur forme un couple heureux avec Lara. Un soir où ils dînent avec un couple d'amis, il ne peut s'empêcher de remarquer combien Alexandra lui semble désirable : l'inconnu face à l'habitude, il est terrassé par ses démons en dépit de sa lucidité.

"Oublie Alexandra, les mensonges et les doubles vies qui, tu le sais, ne mènent que dans un enfer ridicule et un pauvre hôtel de périphérie."

"Ma volonté et ma profonde joie étaient d'aimer. Aimer sincèrement la femme que j'avais choisie et que je choisissais chaque matin. Mais mon désir était de la tromper."

 

Le déchirement du narrateur, partagé entre amour et désir, sincère malgré tout, est décrit avec une certaine finesse, cela sent le vécu, on ne découvre le prénom du narrateur que tardivement mais ce n'est peut-être pas pour rien qu'il se prénomme Christophe !

"Je tirai mon Samsung de ma poche et envoyai un message à Lara pour lui dire combien je l'aimais, combien j'aimais notre histoire. Et puis un autre à Alexandra pour lui demander où on se retrouvait. Comme si j'étais deux êtres différents."

"Oui, pourquoi tromper ceux qu'on aime ? Je ne comprendrai jamais. L'amour et le désir sont deux provinces d'un même pays qui se rejoignent ou s'éloignent dans la lente pulsation de la vie. Aujourd'hui, mon coeur redevenait sauvage, il oubliait qui j'aimais et s'échappait malgré moi pour battre plus fort dans une région où je n'étais pas moi-même."

 

Mais peu à peu, cette histoire d'infidélité qui tourne en rond cède la place à une quête plus personnelle du narrateur, qui cherche à se retrouver, à savoir qui il est, ce qu'il veut, indépendamment de ce qui lui a été imposé par le monde extérieur. Un homme qui cherche tout simplement à être heureux...

"Je vivais dans cet avenir immédiat où chacun s'obsède d'un rien, d'une infime contrariété ou d'un minuscule plaisir, même quand le monde s'effondre. "

"Personne n'est vraiment là, hormis dans les moments exceptionnels de danger ou de plaisir, et c'est pourquoi nous les désirons si ardemment. Entre-temps, chacun traverse la vie en songeant à autre chose, en étant à la fois ici et ailleurs. Tout était donc normal. Il fallait seulement que je me rappelle à l'ordre de temps en temps pour voir combien le ciel est bleu en été, combien l'air est transparent et qu'il est doux d'être aimé quand on est aimé depuis longtemps. Surtout quand on est aimé depuis longtemps."

 

Enfin, on bascule dans une sorte de thriller politique, avec une critique de la société de consommation mêlée à un univers de jeux vidéos. Cette fin m'a rappelée celle de "Qu'avons-nous fait de nos rêves ?" de Jennifer Egan, un peu déconcertante, comme si l'auteur n'avait pas bien su comment achever son roman.

"On peut tout consommer, tu sais. Des objets, des passions, de la colère, des paysages, des hommes, des femmes, et même de l'amour. On peut remplir sa vie de tout ce bric-à-brac, s'empiffrer pour ne plus avoir faim sans jamais s'apercevoir qu'on ne fait que consommer. On traverse alors l'existence la bouche ouverte, comme un pantin monté sur roulettes, et on meurt aussi vite et aussi vide qu'on a vécu."

 

Une chose m'a paru étrange dans ce roman, la façon dont l'auteur évoque la fille d'Alexandra avant de l'oublier, petite fille fantasmagorique dont les parents ne semblent pas se préoccuper !

Partager cet article

Repost 0
Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article

commentaires

Cardamone 14/05/2013 23:17


J'ai beaucoup aimé 1Q84. Attends peut-être de te sentir disponible pour un gros bouquin - enfin trois... C'est vrai qu'à la base j'aime assez les pavés, un de mes meilleurs souvenirs de lecture,
c'est Les Frères Karamazov...

Yosha 15/05/2013 08:37



Je l'ai repris et j'aime bien... mais je crois que je préfère Murakami dans un registre plus concis ! Je n'ai rien contre les pavés, au contraire, quand j'aime un livre je suis heureuse de voir
qu'il va m'accompagner un bon bout de temps  Bonne journée Cardamone !



Cardamone 08/05/2013 21:49


Et puis ça n'a rien à voir mais ça m'énerve de ne pas avoir profité de l'anniversaire de notre blog pour te dire merci!!! J'adore ton blog, tes poèmes, tes critiques de livres et d'expos, ta
sensibilité, ta finesse, ton intelligence et ta gentillesse. Voilà j'ai osé le dire!!!


Bonne soirée!

Yosha 09/05/2013 09:39



Ca me fait chaud au coeur, Cardamone... surtout que c'est réciproque ! Je conserve précieusement certains de tes textes comme "Au fond de sa poche", des textes qui m'ont émue. Tu as cette faculté
de transcrire la beauté et la fragilité de la vie qui donne envie d'être heureux. Alors merci à toi !



Cardamone 08/05/2013 21:42


Je ne crois pas que je vais le lire tout de suite. Après 1Q84, et une relecture Des souris et des hommes, j'ai l'impression à te lire qu'il ne sera pas à la hauteur...


 

Yosha 09/05/2013 09:33



Ah... tu as lu 1Q84 ! Les trois tomes ? Je suis curieuse d'avoir ton avis, j'ai du mal à me plonger de dans, pourtant j'adore Haruki Murakami, en particulier "Les amants du Spoutnik". Bon, sinon,
c'est sûr qu'à côté de Steinbeck Christophe Tison ne fait pas le poids mais il y a des moments où j'apprécie des lectures légères



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤