Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 19:12

bulles.jpg

crédit photo : Romaric Cazaux

 

Les gens paraissaient heureux, aussi légers que les bulles de savon qui les entouraient. C'était un sentiment enivrant, se fondre dans ces petites sphères multicolores de transparence, impermanentes et précieuses mais sans attachement. Elles éclataient, parfois même on les crevait exprès mais on en créait d'autres, toujours plus nombreuses, plus grosses. Des personnes tournoyaient sur elles-mêmes, d'autres sautaient comme pour tenter d'attraper les bulles insaisissables, certaines semblaient presque danser sur une musique intérieure. Mais les regards étaient empreints de gravité. Une jeune femme paraissait particulièrement concentrée. Elle soufflait très doucement et la bulle qui se formait ne cessait de grossir. Un petit garçon la fixait, fasciné. Enfin, la bulle prit son envol et le petit garçon battit des mains en sautant d'excitation. La bulle s'envola, plus haut, toujours plus haut jusqu'à ce qu'on la perde de vue.

Je contemplais ce groupe étrange des souffleurs de bulles. C'était le dernier soir. La fin du monde avait cette fois été prédite avec exactitude. Chacun devait choisir à quoi occuper ses derniers instants. Il y avait une poésie certaine à se réunir pour faire des bulles ensemble. Je les observais car j'étais incapable de cette légèreté. J'avais beau souffler : pas la moindre petite bulle. Je n'envoyais que des postillons. Des enfants y parvenaient mais je restais pétrifié. Et la pensée de mourir avec la peur au ventre rendait cette fin pire encore. Le petit garçon que j'observais me lança un regard.

"Tu fais pas de bulles ?

- Non, je n'y arrive pas.

- Ma maman, elle en fait des grosses... des énormes !"

Je souris malgré moi de son enthousiasme.

"Tu veux qu'elle t'apprenne ?"

La jeune femme me fit un faible sourire. "Allez-y, essayez, après tout, vous êtes là pour ça, non ?"

Je pris le flacon qu'elle me tendait et je soufflai aussi doucement que je pus. Une bulle se forma, elle grossit jusqu'à avoir la taille du petit garçon puis de sa mère... elle nous enveloppa tous les trois...

 

En me réveillant ce matin-là, j'avais une boule au ventre, comme d'habitude. Mais un certain soulagement à l'idée d'appeler enfin Anna, la mère de mon petit garçon que j'avais quittée trois ans auparavant sans explication.

 

Atelier d'écriture proposé par Leiloona

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leiloona 11/11/2013 08:54


Un texte à la fois grave et léger ... sur la fin. ;)

Yosha 11/11/2013 10:22



Oui il fallait bien que la légèreté de ces bulles de savon me rattrape !



Cardamone 10/11/2013 21:12


Ca ne m'étonne pas que les bulles de savon t'aient si fort inspiré! De la beauté des bulles à la peur de la fin du monde au rêve qui peut être aide à avancer, c'est toujours bon de te lire!
j'aime beaucoup!

Yosha 10/11/2013 23:20



Merci Cardamone ! Ah oui les bulles de savon ça me parle... elles m'ont entraînée et je les ai suivies ! Il faut
dire que la photo est assez incroyable !



stéphanie 09/11/2013 09:06


Un rêve bien porteur de message, et c'est finalement l'enfant qui reconcilie ses parents et les aident à accomplir le même acte ensemble. Une bien jolie initiation, qui surpasse la peur, celle de
la mort, parallèle du chgt de vie de l'homme, mort de sa vie de garçon pour une vie de père? 


Je pars dans mes interprêtations de rêves!! lol,


pour les préceptes bouddhistes cher Yosha: je vois l'impermanence au premier plan, l'acceptation de la mort, l'attachement, j'en ai oublié?


bisous

Yosha 09/11/2013 10:10



Whaou... J'adore ton interprétation ! Tu vois des choses que je ne savais pas avoir mises mais j'aime beaucoup... Et bravo pour les concepts bouddhistes, tu maîtrises Steph !



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤