Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 04:51

pissenlit.jpg

crédit photo : Romaric Cazaux

 

Nous profitons des derniers rayons sur la terrasse. Alors que le jour s'achève, la chaleur s'attarde. Nous buvons un verre de rosé bien frais en admirant le coucher de soleil. Tout est parfait : le calme qui monte de la nature, les odeurs de terre chaude... jusqu'aux pissenlits légers qui s'effeuillent seuls dans la brise tiède. Je regarde Gabriel. Je ne suis pas tranquille. Je l'aime cet homme-là mais je sais bien que notre histoire est une fuite dont je vais devoir affronter - seule - les conséquences.

 

La passion dévastatrice... j'avais toujours cru que ce n'était pas pour moi, je la vivais par procuration dans les livres, les films, les histoires des autres que j'écoutais, avide de détails. Je me croyais trop rationnelle, ma lucidité était mon armure. Ma vie, je l'avais construite à mon image : organisée, efficace... banale ? Mariée, deux enfants, un bon job, des amis pour sortir ou partir en vacances, une famille avec laquelle partager les fêtes ponctuant le calendrier. Mais derrière cette façade lisse, une ombre grandissait... une insatisfaction, un manque. Je devenais étrangère à ma propre vie. Une automate qui accomplit les tâches qu'on attend d'elle : gérer les dossiers, les clients, aller chercher les enfants à l'école, surveiller les devoirs, donner le bain, préparer le dîner... Chaque jour identique au précédent. Une succession de matins gris. La machine s'est enrayée. Au début, c'étaient de petits oublis que mon mari me reprochait l'air indulgent : le sac de piscine des enfants, l'anniversaire d'un filleul... Et puis, ça a cessé de l'amuser quand il rentrait et trouvait des plats tout prêts encore dans leur barquette, parfois mal décongelés.

J'ai cessé d'instaurer des rituels, des règles, je laissais dépasser l'heure du bain, les devoirs n'étaient pas faits, les enfants se chamaillaient tandis que je me réfugiais dans la cuisine pour siroter un verre de vin, les yeux dans le vague. Je me débattais pour échapper au poids oppressant qui m'asphyxiait.

J'ignore où cela nous aurait conduit si je n'avais pas rencontré Gabriel. En un sens, il a sauvé mon couple, ma famille. Pour l'instant. Je savoure cette soirée d'été aux teintes chaudes. Je m'en imprègne pour avoir la force d'affronter tous les matins gris qui ne manqueront pas de suivre.

 

Atelier d'écriture proposé par Leiloona

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Melmelie 01/08/2013 13:39


J'aime beaucoup ce texte plein d'émotions en demi-teinte...

Yosha 02/08/2013 10:03



Merci ! C'est exactement ce que je voulais retranscrire, des émotions en demi-teinte...



Jean-Charles 29/07/2013 19:37


L'amour s'en va et...si la pause est salutaire n'est-elle pas dévastatrice ?


Espérer si l'on veut sauver les meubles.


 


 

Yosha 01/08/2013 10:06



Ce sont exactement les questions que je me pose... On gagne toujours à croire et espérer je pense !



Za 29/07/2013 10:33


Très fort ton texte, tellement réel aussi...
Je n'avais pas remarqué avant de te lire ce que ce pissenlit pouvait avoir de mélancolique.

Yosha 01/08/2013 10:05



Merci ! Je suis d'une nature un peu mélancolique je crois alors il suffit d'un rien, d'un pissenlit



Leiloona 29/07/2013 09:33


Je ne sais pas si cela va sauver son couple, mais en tout cas, ce Gabriel sauve la vie de cette femme, c'est sûr. 


Description ô combien réaliste. Emotion très bien rendue.

Yosha 01/08/2013 10:02



Merci Leiloona, oui je pense que c'est une situation courante mais qui n'en est pas moins compliquée...



Stephie 29/07/2013 09:25


J'aime beaucoup les idées que ton texte véhicule... difficile, cette perspective de la routine...

Yosha 01/08/2013 10:01



Merci Stephie, c'est un texte que j'avais besoin d'écrire en ce moment !



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤