Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 08:02

pont.jpg

crédit photo : Romaric Cazaux

 

J'adore regarder passer les gens. J'imagine leur vie, leurs états d'âme, c'est mon côté voyeur. Je me suis souvent imaginé proposer d'aller boire un café à l'un d'eux au hasard, me glisser dans sa vie. Parce que la mienne ne me suffit pas. C'est vraiment dommage quand on y pense d'être limité à une seule vie. Je ne saurai jamais ce que ça fait de porter la vie dans ses entrailles et tant d'autres choses qui dépassent le simple fait d'être un homme. Mais on est conditionné : par sa naissance, sa famille, ses choix... Alors j'observe les passants et je rêve à mille et une autres vies, pas forcément plus passionnantes que la mienne mais différentes. En général, je suis à côté du Pont des Arts, ça doit être mon côté romantique... Tous ces couples qui scellent leur amour d'un cadenas me fascinent. Le cadenas pour moi c'est un symbole d'enfermement, de prison... Ce serait ça, le couple, renoncer à sa liberté ? Je cherche un autre symbole, partager quelques bouffées de fumée, un peu de légèreté ? Je contemple l'eau verdâtre de la Seine. J'ai souvent imaginé le grand plongeon mais je ne suis pas si courageux, le contact avec l'eau glaciale tranchante m'effraie. Je reporte mon attention sur les badauds qui déambulent sur le pont en bois. Il n'a pas l'air bien solide... Une jeune fille attire mon attention, elle retire un cadenas, des larmes plein les yeux. J'admire sa détermination, le retrouver parmi ces milliers d'objets semblables, le forcer pour le retirer... Un peu comme on décide d'effacer le tatouage dédié à la personne dont on pensait partager la vie à jamais. Je la regarde s'escrimer et je me décide à l'aider, elle a l'air sympathique. Elle sursaute quand je m'approche, je fais souvent cet effet-là.

"Vous permettez ?"

Je sors un couteau suisse et en quelques secondes, j'obtiens le cliquetis recherché.

La jeune fille me sourit timidement.

"Merci...

- Je peux vous offrir un café ?"

Elle hésite puis hausse les épaules d'un air résigné.

"Si vous voulez."

Au fond de moi, je jubile. Je passe enfin de l'autre côté, dans la vie d'un de ces passants dont je ne fais qu'imaginer la vie. Je suis excité, comme si j'étais sur le point de découvrir un trésor.

Elle commande un chocolat chaud, se confie longuement sur ce petit ami qui l'a quittée et... je m'ennuie. Je la trouve banale, tellement adolescente. Ce n'est pas la jeune fille pleine de caractère que je m'étais imaginée.

"Cela m'a fait du bien de vous parler !"

Elle me sourit franchement cette fois. Je lui rends son sourire sans ouvrir la bouche, une habitude visant à masquer les dents qui me manquent. Elle insiste pour payer mon café et je la laisse faire, les temps sont durs. Et puis nos chemins se séparent, je vais retouver mon banc d'où je contemple la vie des autres et elle sa vie qui reste à construire.

 

Atelier d'écriture proposé par Leiloona

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Morgane 21/11/2013 09:00


En effet, en relisant ton texte c'est un homme ton heros ... C'est dingue comme tout de suite je l'ai mis dans la peau d'une femme !!! Mon côté feministe peut-être ...


Merci pour tes compliments qui me réchauffent toujours mon coeur et ma plume ...

Yosha 21/11/2013 10:41



Non je pense surtout que c'est pas facile pour moi de me mettre dans la peau d'un homme ! Ah je suis bien contente d'avoir pu réchauffer ton coeur et ta plume par ce temps  J'espère te lire lundi alors !



Morgane 19/11/2013 11:35


Joli texte une nouvelle fois ! Merci Yosha.


Est ce une clocharde cette femme mélancolique ? ...


C'est vrai que moi aussi, j'aime quand je suis assise à une terrasse de café observer le va et vient des passants : pas pour imaginer leurs vies ou combler la mienne (loin de là) mais pour
regarder ce que je considère être un spectacle vivant et permanent.

Yosha 19/11/2013 20:08



Merci Morgane ! Ah alors moi j'ai ce côté voyeur ! J'aimerais être comme ces anges inventés par Bernard Werber... même si je ne suis pas sûre que la réalité soit toujours passionnante  Oui tu as raison c'est déjà un spectacle vivant tous ces êtres parcourant la grande scène du monde... Et tu as eu une
lecture très fine dans mon esprit c'était bien une clocharde enfin un clochard plutôt !


Et j'ai un problème pour commenter de mon ordi sur le blog de Leiloona mais ton texte est une fois de plus très tendre et touchant. Merci pour ces belles retrouvailles !



Cardamone 18/11/2013 21:39


Comme quoi on n'est pas toujours très bon juge de ce qu'on écrit, je trouve que c'est vraiment un très bon texte!

Yosha 19/11/2013 20:03



Peut-être que je ne l'aima pas trop car j'ai mis pas mal de moi dans le personnage ? Je m'autoanalyse



Cardamone 18/11/2013 00:12


Super texte! Ton personnage qui finalement préfère ce que son imagination lui présente à la réalité est une fois de plus rendu très vivant et très intéressant par ta maîtrise du monologue
intérieur que j'adore!

Yosha 18/11/2013 12:14



Merci beaucoup Cardamone, c'est gentil ! Je n'étais pas très satisfaite de ce que j'avais écrit alors ça me fait plaisir que ça t'ait quand même plu ! Bonne semaine malgré ce temps légèrement
morose...



stéphanie 14/11/2013 21:17


moi aussi j'aime regarder la vie des autres, toutes ces possiblilités, l serait bon d'être une petite souris parfois. Je crois qu'n les imagine mieux qu'elles ne sont, c'est ce que montre ton
texte à travers cette rencontre, c'est triste qu'alors que ton personnage se décide à laisser sa passivité ce soit pour une déception.

Yosha 15/11/2013 17:50



C'est vrai que cette rencontre fait pschitt ! Peut-être que je voulais me convaincre que je ne rate pas grand chose
en ne pouvant pas vivre la vie des autres !  Et heureusement il reste la fiction !



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤