Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 10:16

une-photo-quelques-mots-99.jpg

crédit photo : Romaric Cazaux

 

Elle claque la porte, s'affale sur son canapé-lit. Comme souvent, elle l'a laissé défait le matin après avoir traîné et s'être mise en retard. Une chance qu'elle n'ait pas d'enfants, elle ne s'imagine pas s'occuper de quelqu'un d'autre. S'occuper correctement de soi-même est déjà une tâche suffisamment délicate. Elle ouvre une boîte de raviolis qu'elle fait réchauffer et mange à même la casserole. Elle les enfourne rapidement, se remplissant de leur mollesse douce-amère. Elle prend une tranche de pain de mie et l'imbibe de sauce. Puis elle se sert un verre de vin qu'elle sirote plus tranquillement. Voilà, c'est sa vie. Il pourrait y avoir autre chose mais elle y a renoncé, il y a longtemps. Le jour où les lumières ont vacillé. 

 

Elle avait quatorze ans, l'âge bête, mais elle ne s'en sortait pas si mal. C'était une élève sérieuse mais appréciée de ses camarades. Elle avait les vêtements qu'il fallait, pas de problème majeur d'acné, quelques amies proches. Elle était sortie avec un ou deux garçons, en fait un mais elle disait deux car ça faisait mieux. Ses parents étaient satisfaits de ses notes et de l'état de sa chambre et ils la laissaient relativement libre de perdre son temps sur facebook ou pendue au téléphone. Une vie d'ado parfaitement banale et heureuse.


Le jour où les lumières ont vacillé, elle rentrait du collège avec deux amies. Elles s'étaient quittées à l'angle habituel lorsqu'elle avait senti une présence derrière elle. Tournant la tête, elle avait aperçu un homme, qui la regardait avec une insistance dérangeante. Mal à l'aise, elle avait pressé le pas. La chaleur lui montait aux joues, elle ne savait que faire : rentrer chez elle et mener tout droit cet inconnu à sa maison vide ? Mieux valait faire un détour et se réfugier dans une boutique... Oui, voilà, c'est ce qu'on lui avait toujours appris : aller chercher de l'aide, ne pas rester seule. Le problème, c'est qu'elle était dans un quartier résidentiel vraiment désert. Tout en réfléchissant, elle hâtait le pas, l'homme continuait à la suivre, la panique la gagnait. Soudain, le clocher qui se dressait à quelques mètres lui souffla la solution : quel meilleur refuge qu'une église ? Elle s'y dirigea d'un pas décidé. Elle poussa la lourde porte et frissonna en pénétrant dans l'édifice sombre. Et maintenant ? Elle n'était plus si sûre d'avoir fait le bon choix, il n'y avait pas âme qui vive. Le Christ cloué n'était pas d'un grand réconfort. Elle entendit la porte grincer. Elle se rua vers le parloir et s'y blottit, retenant son souffle. De là, elle pouvait voir sans être vue. L'homme avançait le long du couloir central - la nef ? - imperturbable. Il regardait droit devant lui et s'assit sur un banc, à quelques mètres seulement de sa cachette.

 

Elle qui n'était pas croyante, une prière lui vint aux lèvres. Elle souhaitait juste que son bonheur dure encore un peu. Un sursis. Une boule d'angoisse se formait dans sa gorge. Suffoquant, elle se forçait à fixer les cierges allumés, à s'aveugler pour ne pas voir l'homme de l'autre côté du parloir, sa silhouette grise menaçante. Elle fixait les petites lumières, s'efforçant d'y voir autant de lueurs d'espoirs, celles de tous les moments heureux qui lui restaient à vivre. Elle y trouvait les visages de sa famille, de ses amis, le sourire de Nino, le petit garçon qu'elle gardait et même les rires des enfants qu'elle aurait un jour... Et elle luttait pour refouler les images d'horreur, ce visage déformé par la douleur, masque de souffrance muette.

Si elle a choisi refuge dans une église, c'est pour y être sauvée.

 

L'homme qui semblait perdu dans ses pensées se lève dans un déclic d'automate. Il disparaît de son champ de vision et elle se dit que ses prières ont été entendues. Soudain, les flammes des bougies vacillent. Une ombre se dresse devant elle. 

 

Atelier d'écriture proposé par Leiloona

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cardamone 11/11/2013 19:01


J'aime beaucoup le titre, et le récit est très bien mené!

Yosha 11/11/2013 20:43



Merci c'est gentil Cardamone ! Ce n'est pas mon registre préféré mais j'aime bien expérimenter des nouveautés  grâce à l'atelier de Leiloona.



Morgane 22/10/2013 11:25


En réponse à ta réponse pour Isa =


Je te comprends quand tu parles de manque de temps : Nous en sommes toutes là je crois ; nous essayons d'être des super-womans en faisant des doubles journées en une (à tort ou à raison ...) ...


Mais en ce qui concerne l'inspiration, là, ça tu en as à revendre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!


En réponse à mon commentaire :


Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Venant d'une plume comme toi : i'm happy !!!   

Yosha 22/10/2013 11:41



C'est vraiment gentil Morgane... surtout que ta plume n'a absolument rien à envier à la mienne ! C'est toujours un plaisir de te lire, j'aime ton écriture simple et poétique à la fois et les
réflexions qui se dégagent de tes textes toujours prenants. Bonne journée avec un peu de temps pour prendre le temps j'espère !



Leiloona 21/10/2013 22:08


Han ! L'horreur ...

Yosha 22/10/2013 09:07



Oui la fin est un peu brutale...



MORGANE 21/10/2013 11:11


Quelle chute ! Et cette tension qui monte, qui monte ! ... Formidable !


 

Yosha 21/10/2013 14:52



Merci beaucoup Morgane ! Je me suis un peu cru dans un film d'Hitchcock là je crois  Et bravo pour ton texte qui
m'a beaucoup touchée, une histoire pleine d'espoir comme on aimerait qu'il y en ait beaucoup...



monesille 21/10/2013 11:09


Tu me donnerais envie de me mettre à  la prose, pour voir. Bravo !

Yosha 21/10/2013 14:50



Ah c'est chouette ça ! C'est ce que j'aime avec cet atelier d'écriture, moi ça m'avait donné envie de me mettre à la poésie ! Hâte de te lire en prose alors, vu tes magnifiques poèmes je suis
très curieuse...



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤