Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 06:19

"Bonnes ou mauvaises, les conséquences de nos actes sont toujours un mystère."

la-grand-mere-de-jade.jpg

 

De Frédérique Deghelt, je n'avais lu que "La Vie d'une autre" à l'intrigue originale - une femme se réveille sans aucun souvenir des douze années écoulées - mais qui ne m'a laissé aucune trace.

"La grand-mère de Jade" est au contraire foisonnant sur des thèmes qui me sont chers : la lecture, le lien qui se tisse ou se rompt entre les générations, le chemin de vie que chacun choisit...

Les personnages sont complexes à l'image de la grand-mère de Jade, cette femme en apparence simple et paisible qui a toujours mené une double vie à travers les livres qu'elle dissimulait derrière sa Bible.

Le seul bémol, les dialogues m'ont un peu gênée au début par leur manque de naturel mais l'écriture est très belle et m'a emportée aussi bien dans le passé de Mamoune, au coeur de sa maison montagnarde que dans le présent parisien au rythme effréné de sa petite fille journaliste.

 

Jade, journaliste parisienne trentenaire, décide de proposer à sa grand-mère vivant à la montagne de venir chez elle pour lui éviter la maison de retraite. De cette cohabitation naissent des échanges d'une richesse inattendue. Mamoune, la grand-mère de Jade, est aussi Jeanne, cette femme qui a dévoré des livres en cachette durant toute sa vie.

 

Les réflexions sur la lecture sont magnifiques. Et au-delà, c'est une leçon de vie qui nous est délivrée. L'écriture est fine et poétique et l'épilogue inattendu et bouleversant.

Un hymne à la magie de l'écriture. Et de la lecture.

 

Difficile de ne choisir que quelques citations tellement il y a de passages entiers que j'aurais aimé recopier !

 

"Grâce à Mamoune, elle éprouvait des sentiments inconnus, des fils la reliaient à un monde plus ancien, elle sentait qu'elle pouvait suivre le cours de sa vie en continuant à tisser une trame dont elle était issue. Elle n'était plus ce puzzle dont elle cherchait à assembler les morceaux épars."

 

"Tout était en devenir et rien ne semblait venir. On se croit sortie de l'enfance et de la brume de mort de l'adolescence et l'on n'est nulle part, se disait-elle. Certains de ses amis, des hommes plus âgés, appelaient la trentaine le mauvais âge des femmes. Pas la maturité encore mais plus l'innocence des vingt ans."

 

"Nous sommes aveugles et ce que nous voyons chez nos plus proches c'est ce que nous croyons savoir d'eux. Combien de fois sommes-nous trompés par ces étiquettes dont nous avons affublé nos amis ou ceux de notre famille ? Pourquoi ne voulons-nous pas tenir compte de ces mouvements et revirements qui agitent les humains et les font changer ?"

 

"Dans ce qui me séduit, je vois toujours les pensées des personnages et la capacité de l'auteur à m'embarquer pour les visiter. Et puis ces pages sont pleines, mais elles m'offrent une part dans laquelle peut courir ma propre pensée, l'histoire que je construis dans l'histoire..."

 

"Pourquoi ne pas se contenter de cette légèreté de vie, de l'insouciance de l'âge en repoussant aux frontières de la vieillesse ce parfum d'orages qui plane sur la vie ? se disait Jade. Pour la première fois, elle entrevoyait une réponse à la fois terrible et rassurante. Parce que rien ne changeait. Quelque chose était là qui n'avait pas d'âge justement, une sorte de sentiment diffus qui resterait longtemps dans l'illusion d'être immortel et de n'avoir jamais vieilli. Quelque chose qu'il était important de nommer, mais quoi ?"

 

"Mais ce que Jade savait, c'est qu'elle voulait échapper à ce moment insidieux où pour se fondre aux autres on n'éprouve plus rien. Et la solution, ce n'était pas la mort, c'était bien de vivre autrement, de garder l'oeil rivé à cette certitude. Qu'il fallait de la lenteur à toute chose, que la vie des humains s'était accélérée toute seule, dégoulinant dans le vide, mais que rien dans ce monde n'avait véritablement changé."

 

"Peu importe la façon dont on libère les idées. Si quelque chose s'écrit dans notre coeur, même en secret, la résonance de cette parole s'en va dans le réservoir des mots, là où puisent les créateurs."

"Ainsi les écrits pour ne point dire les écrivains formeraient une farandole qui fait danser nos vies, aide à comprendre, à cheminer et parfois à mourir."

 

"Cet épanouissement si particulier qu'on éprouve dans le regard de l'autre. On n'a jamais d'âge dans ces regards-là, on n'a que le bonheur d'y être inondé de tendresse. Les miroirs n'ont aucune importance quand on vit depuis très longtemps dans le regard amoureux d'un être que l'on connaît par coeur. La perte, c'est d'être brutalement placé devant cette glace qu'on a ignorée et qui semble renvoyer cet oubli de soi. On se métamorphose alors en quelques minutes, tel Dorian Gray quand il retrouve son âge réel."

 

"Albert m'a aujourd'hui expliqué que la plupart des lecteurs de romans sont des lectrices et je crois moi que si les femmes lisent tant c'est parce qu'elles peuvent entendre ce qui n'est pas dit et qu'elle n'ont jamais peur que les sentiments laissent sur elles ces traces qui existent déjà dans leur coeur."

 

"J'ai tout vécu, j'ai mille ans et je le dois aux livres."

 

les-trois-ages-de-la-vie.JPG

Klimt "Les trois âges de la vie"

Partager cet article

Repost 0
Published by Yosha - dans Bouquins
commenter cet article

commentaires

Cécile MdL 23/07/2013 10:19


J'ai beaucoup aimé ce livre et je partage chaque mot de ta critique !


Merci

Yosha 23/07/2013 10:40



Merci à toi ! Du coup j'enchaîne sur "La nonne et le brigand" qui me plaît beaucoup aussi.



lucie 21/07/2013 21:18


bon d'accord, je succombe !!!

Yosha 23/07/2013 08:35



Oui succombe !  Là j'enchaîne sur "La nonne et le brigand" également très captivant !



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤