Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 06:33

"Et quand il eut passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre." "Nosferatu", Murnau

serafino-macchiati-le-visionnaire

Serafino Macchiati "Le visionnaire"

 

L'exposition sur le romantisme noir au musée d'Orsay doit son titre à une nouvelle d'Edgar Poe traduite par Baudelaire.

Le choix de cette thématique est original, le romantisme noir n'étant pas un courant identifié en histoire de l'art.

La mise en relation entre l'histoire et ce "courant" est très intéressante. En effet, sa naissance est liée au chamboulement de la Révolution française, les troubles de la fin du XIXème siècle réactivent cet héritage et enfin, le surréalisme le reprend à son compte en réaction à l'absurdité des guerres du XXème siècle.

 

Que recouvre alors ce "romantisme noir" ? C'est une fascination pour l'étrange et l'abject qui tend paradoxalement à la liberté et au "sublime". Les oeuvres présentées ont en commun de révéler la part d'ombre qui abrite tout être humain, d'une façon novatrice et moderne. Le concept de l'inconscient y est déjà préfiguré.

Samuel Colman Veille d'apocalypse

Samuel Colman "Veille d'apocalypse"

 

C'est donc une exposition foisonnante qui s'étend du XVIIIème au XXème siécle regroupant des oeuvres d'artistes aussi divers que Delacroix, Guéricault, Füssli, Blake, Goya, Moreau, Rodin, Dali, Magritte, Munch...en passant par le cinéma avec quelques extraits de films (Fritz Lang, Hitchcock, Bunuel...).

 

Le romantisme noir étant d'abord un courant littéraire, les influences d'auteurs tels que Skakespeare, Dante, Goethe, Milton sont nombreuses. Mais les artistes s'inspirent également de superstitions populaires ou de la mythologie. Ils s'affranchissent ainsi des conventions sociales, morales et religieuses en traitant de thèmes tels que le cannibalisme, l'inceste, le satanisme, le cauchemar...

 

On est souvent à la croisée du classicisme et du morbide dans une tentative pour créer le sublime. Je pense à "La ronde du sabbat" de Louis Boulanger où une pluie de "sorcières" tourbillonne autour d'un inquiétant maître de cérémonie créant une sorte de "feu humain".

 

Goya occupe une place de choix dans cette exposition avec de nombreuses scènes de cannibalisme... symbole de la guerre ?

"Je n'ai pas peur des sorcières, des lutins, des apparitions, des géants vantards, des esprits malins, des farfadets etc. ni d'aucun autre genre de créatures hormis l'être humain."

 Le-vol-des-sorcieres.jpg

Goya "Le vol des sorcières"

Réalisme et onirisme sont mis sur le même plan - pas de jeu de lumière - afin de renforcer l'impression de surnaturel.

Goya fait preuve d'un humour satirique dans son cycle "Les caprices" dont une estampe, "Las Chinchillas", a inspiré à James Whale son monstre dans le film "Frankenstein".

 

Quant à "Le Cauchemar" de Johann Heinrich Füssli, la dernière scène de "Frankenstein" en est une quasi réplique.

le-cauchemar.jpg

 

La salle consacrée aux "Paysages de vertige et de mort" présente notamment le film "Un chien andalou" de Bunuel, mise en images d'un rêve de Dali qui met à jour le côté inquiétant de la nature de façon assez traumatisante (pour moi).

On navigue aussi dans les montagnes des Carpates avec des masures abandonnées qu'on imagine facilement hantées.

Carl-Friedrich-Lessing-Ruines-dans-une-gorge.jpgCarl Friedrich Lessing "Ruines dans une gorge"

 

Les symbolistes réactivent le romantisme noir à la fin du XIXème siècle en s'affranchissant des références littéraires pour s'emparer de thèmes mythologiques et offrent à la femme une place particulière...

Le thème de Méduse et plus généralement, de la femme tentatrice, est particulièrement développé, souvent à la croisée de l'érotisme et du morbide.

von-Stcuk-Persee-tenant-la-tete-de-Meduse.jpg

von Stuck "Persée tenant la tête de Méduse"

 

Meduse-Lucien-Levy-Dhurmer.jpg

Lucien Lévy-Dhurmer "Méduse"

 

von-Stuck-Le-baiser-du-Sphinx.jpg

von Stuck "Le baiser du Sphinx" 

 

Gabriel-von-Max-The-White-Woman.jpg

Gabriel von Max "La femme en blanc"

 

Une des parties de l'exposition est consacrée à "l'inquiétante étrangeté", lorsque l'étrange et le fantastique jaillissent au coeur du quotidien. Hoffmann et Poe en sont les représentants en littérature et c'est d'ailleurs à partir d'une nouvelle de Poe, "L'homme de sable", que Freud a théorisé ce concept particulièrement riche artistiquement.

Qu'est-ce que la maison rose ou le parc royal de William Degouve de Nuncques ont de si étrange finalement ? En apparence, tout est normal mais il s'en dégage pourtant un indicible malaise, cette "inquiétante étrangeté" - l'énigme de l'existence.

nocturne-au-parc-royal-de-Bruxelles.jpg

 William Degouve de Nuncques "Nocturne au parc royal de Bruxelles"

 

Cette irruption de l'irrationnel est d'ailleurs parfois recherchée comme en témoigne l'attrait du spiritisme dès la seconde moitié du XIXème siècle. 

 

L'exposition se termine par une partie curieusement intitulée "La poupée, le masque et la forêt" consacrée aux surréalistes. Une citation de Max Ernst vient l'éclairer en partie : "Sentiments mitigés lorsque, pour la première fois, il pénètre dans la forêt : ravissement, oppression [...] dehors et dedans tout à la fois. Libre et prisonnier."

La forêt apparaît alors comme la projection de l'esprit.

 

Le mot de la fin est laissé à Victor Hugo : "L'homme qui ne médite pas vit dans l'aveuglement. L'homme qui médite vit dans l'obscurité. Nous n'avons que le choix du noir."

et, pour finir sur une note un peu plus optimiste, "comme on fait son rêve, on fait sa vie."  

Partager cet article

Repost 0
Published by Yosha - dans Expos
commenter cet article

commentaires

Cardamone 25/03/2013 15:25


C'est vrai, mais c'est fermé le lundi, ce qui ne m'arrange pas du tout. Peut-être que pour me consoler j'irai visiter le
musée Gustave Moreau qui a aussi l'avantage d'être beaucoup moins cher...



Yosha 25/03/2013 20:30



Ah oui c'est dommage  J'avais été un peu déçue par le musée Gustave Moreau, mais il faut dire que je ne connais pas
grand chose à ce peintre, je l'avais confondu avec Courbet, c'est dire... Ce qui est chouette en tout cas c'est que le musée est dans sa maison !



Cardamone 24/03/2013 23:20


Cruelle! J'avais déjà super envie d'y aller... Là je suis verte de jalousie! Je n'en reviens pas qu'il n'y ait personne, ça m'attire beaucoup plus que Hopper!

Yosha 25/03/2013 08:31



Moi non plus je n'en revenais pas, je m'attendais à faire au moins une heure de queue... Elle a été moins médiatisée que Hopper mais elle recèle des trésors ! Allez Cardamone... Orléans c'est pas
loin de Paris !



Gaëlle 22/03/2013 13:21


Oooh comme je suis contente de lire ton article. Le romantisme est ma période préférée. Je sens que je vais aimer l'expo. En plus tu conclus avec le Nocturne au Parc de Degouve de Nuncques,
j'adore. Quel plaisir de revoir ce tableau. Belle journée ma chère ! :)

Yosha 22/03/2013 17:17



Elle devrait te plaire alors !  J'attends ton avis... Bon week-end !



stéphanie 19/03/2013 21:30


j 'aodre, génial cette univers!trop beau le baiser du sphinx, un petit mec à bouffer, lol

Yosha 20/03/2013 08:29



J'étais sûre que ça te plairait ! En plus, il n'y a personne et c'est gratuit avec le pass éducation



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤