Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 18:13

Texte TRES inspiré d'une nouvelle de Dorothy Parker qui m'avait marquée... je l'ai écrit des années après avoir lu la nouvelle en question et en retombant dessus par hasard j'ai réalisé que j'avais vraiment eu bonne mémoire !

 

la-vie-a-deux.jpg

 

Il avait dit qu'il l'appelerait ce soir, pour qu'ils se voient. Il est dix-neuf heures. Ce serait logique qu'il l'appelle avant vingt heures, après, cela fait un peu tard. Elle est prête : elle s'est lavée, maquillée, habillée, parfumée. Son sac et son manteau sont à ses côtés. Elle est assise sur le bord du fauteuil et n'a rien envie de faire. Surtout pas d'attendre. Mais le téléphone reste muet. Peut-être qu'il avait l'intention de l'appeler après vingt heures, il est si imprévisible. Elle pourrait l'appeler mais ce serait reconnaître qu'elle attendait son coup de fil. Elle préfère paraître détachée. Qu'est-ce qu'elle peut bien faire en attendant ? Si elle arrête d'y penser, le téléphone retentira mais il ne peut pas sonner si elle l'espère trop fort. C'est certain. Elle s'efforce de penser à autre chose. Elle aimerait qu'il appelle... Non ! Ca ne va pas ! Elle jette un coup d'oeil dans le miroir : ses traits sont crispés, son regard anxieux. Elle essaie de se détendre en inspirant profondément. Peut-être qu'il avait dit qu'il appellerait s'il pouvait la voir... C'est tout à fait possible. Elle ne se rappelle plus très bien, ses idées sont toutes embrouillées. Dans ce cas, elle peut l'appeler, juste pour être sûre... Non, il ne faut pas, sa fierté est en jeu. S'il ne pense pas à l'appeler, elle ne doit pas y penser non plus. Le téléphone ne sonne toujours pas. C'est incroyable ce que ce petit bout de plastique blanc, obstinément silencieux, a l'air antipathique. Elle le balance avec rage. "Tu vas sonner, oui ?" Là, elle perd un peu le contrôle... Elle ramasse son téléphone, se rassoit. Dix-neuf heures quinze. Elle attend jusqu'à dix-neuf heures trente et après... Après, quoi ? Il faudra continuer d'attendre, au moins jusqu'à vingt heures. Une tension incroyable s'est formée en elle.

Il est peut-être encore au travail, il finit souvent tard. Oui, c'est sûrement ça. Mais il pourrait l'appeler pour la prévenir. Ou alors il est sur le chemin du retour et attend d'être chez lui pour l'appeler. Mais peut-être qu'il l'a oubliée, tout simplement. A l'heure qu'il est, il est chez lui, bien au chaud, et il ne pense absolument pas à elle. Ou pire... il est sorti, sans elle. Mieux vaut ne pas y penser, ça lui arrache le coeur. Mais il a aussi pu lui arriver quelque chose... Les événements vraiment graves n'arrivent qu'aux autres, jusqu'à ce qu'on soit touché. Elle devrait l'appeler. Mais cela risque de l'énerver, s'il est encore au travail. Elle aimerait vraiment le voir ce soir, il la fait toujours attendre ! Pourquoi ne pas lui dire : "Je t'appelle à dix-neuf heures" et l'appeler à dix-neuf heures ? Ce serait si simple, elle n'aurait plus à se torturer ainsi. Qu'est-ce qu'elle peut faire ? Rien. Attendre. Attendre. Et si le téléphone sonne et que ce n'est pas lui ? Elle ne pourra pas parler avec son interlocuteur de peur qu'il appelle et qu'elle le râte. Faites que personne d'autre n'appelle ! Ca y est, elle se sent vraiment angoissée. Est-ce qu'il l'aime ? S'il l'aimait, il ne la laisserait pas dans un état pareil, il aurait senti sa détresse, il aurait appelé. C'est lamentable. Elle se lève, se rassoit. Mais que fait-il ? Pourquoi il n'appelle pas ? Elle entend le silence du téléphone. Il est devenu insistant, omniprésent. Elle attend tellement une sonnerie qu'à chaque seconde, elle est .persuadée qu'elle va se déclencher.
Elle n'y croit plus, il n'appellera pas. C'est toujours pareil. Elle va se démaquiller, se déshabiller et se coucher, épuisée par la tension nerveuse. "Sonne, sonne, je t'en supplie !" Rarement prière aura été aussi fervente. Il a peut-être perdu son portable ou il se l'est fait voler... dans ce cas, s'il n'a pas noté son numéro quelque part - et ça ne lui ressemble pas d'être aussi prévoyant - il ne peut pas la joindre. Il faut qu'elle vérifie, qu'elle l'appelle. Elle compose le numéro, raccroche, hésite. Il est dix-neuf heures trente. Elle ferait mieux d'attendre encore un peu, si ça se trouve, il va l'appeler dans cinq minutes. Ce foutu téléphone finit par sonner. Son coeur s'emballe, elle décroche d'une main tremblante. Bien évidemment, ce n'est pas lui. "Maman, j'attends un coup de fil, je suis désolée, je ne peux pas parler longtemps." Sa mère a beau comprendre, elle monologue dix bonnes minutes avant de finir par raccrocher. Il a sûrement essayé de l'appeler. Il réessaiera. Mais s'il est énervé, s'il ne rappelle pas ? C'est à elle de l'appeler, maintenant. D'ailleurs, il est presque vingt heures. Elle compose le numéro, elle respire mal. Mais personne ne répond.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yosha - dans Textes divers
commenter cet article

commentaires

marine D 28/04/2013 10:08


Je n'ai pas lu le livre mais c'est bien écrit en tout cas, on voudrait savoir si...

Cardamone 27/04/2013 23:50


Peut-être n'est-il pas si mauvais d'avoir vécu les 2, l'amour qui fait flipper que tu décris si bien avant l'amour rassurant et constructif???



Yosha 28/04/2013 09:54



Tu es la voix de la sagesse Caradamone ! Oui, tu as sûrement raison, ce doit être un passage obligé pas si douloureux finalement et même plutôt drôle... avec le recul ! Et qui permet d'autant
mieux d'apprécier l'amour rassurant et constructif.



stéphanie 23/04/2013 18:26


Hé bien Yosha quel prise de tête, cette attente ce questionnement et défilement des pensées sont très bien transcris, c'est vrai que l'on a toute  du bien cogiter de la sorte, un mec clair
c'est quand meme un vrai repos pour l'ame! lol

Yosha 23/04/2013 18:31



Oui c'est tout à fait la morale de mon texte ! Ou encore, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Appeler, laisser un message, passer à autre chose... Mais c'est moins
intéressant d'un point de vue narratif !



lemouton 23/04/2013 16:52


Oh mon dieu, rien qu'en lisant ton texte je me suis sentie mal et toute tendue! Super bien écrit, je crois que ça parlera à pas mal d'en nous, ce genre de situation (même si on ne veut pas se
l'avouer!) :)


 


 

Yosha 23/04/2013 17:04



 C'est un peu caricatural mais pas si loin de la réalité ! Le recueil de Dorothy Parker est vraiment bien, c'est
dommage, impossible de le retrouver sinon je te l'aurais filé, ça dissèque les relations amoureuses avec beaucoup d'actualité ! C'est là où l'on réalise que les problématiques des relations
restent les mêmes...



Présentation

  • : Le blog de Yosha
  • : Un blog pour tous ceux qui chantent la vie, qui dansent la vie, qui ne sont qu'amour
  • Contact

Recherche

Adresses Gourmandes❤